Tribeca, l’agence de communication qui ne voulait pas communiquer

20 octobre 2011

« Notre mission est d’entrer en contact avec votre cœur de cible par les moyens les plus innovants pour développer votre capital sympathie et donner envie de faire partie de votre communauté !  »
(source : www.tribeca.fr)

Plus que de simples mots, nous aimerions que cela soit le cas dans les faits…

Tout commence en octobre 2010. Alors que je faisais ma veille quotidienne, je tombe sur un jeu-concours organisé par le blog www.faiteslepleindavenir.com de la marque Diester. L’opération est gérée par l’agence de marketing alternatif Tribeca. Pour participer, il suffit de remplir un formulaire. A la clé, il y a un stage de pilotage sur Diester Cup. Je ne participe que très rarement à ce genre de jeu-concours, mais je décide d’y participer étant passionné de sports mécaniques. Je reçois un mail qui confirme ma participation au jeu-concours et qui m’explique que le tirage au sort aura lieu quelques jours plus tard.

Quelques jours passent et pour être honnête, la participation à ce jeu-concours sort de mon esprit jusqu’au jour où je reçois ce mail :

Heureux et surpris d’avoir été tiré au sort, je rentre en contact avec la chef de projet chez Tribeca et lui donne mes coordonnées.
Cette dernière m’informe du lieu et de l’heure du rendez-vous. Tout à l’air de se mettre en place, j’en suis ravi.

Le soir même, je reçois un nouveau mail du directeur associé m’expliquant que le stage est annulé pour causes météorologiques. Chose que je comprends aisément vu les tempêtes de neiges que l’hexagone subit en cet fin d’automne. La partie est remise au printemps, saison bien plus propice à piloter des engins sur circuit.

Les semaines et les mois passent, nous voilà au printemps. Nous sommes le 20 avril. J’avais plus ou moins oublié jusqu’à ce qu’un ami me dise : «Alors, c’est quand ce stage de pilotage?». Je décide directement de contacter le directeur associé qui m’avait annoncé le report du stage.

N’ayant pas de réponse quelques semaines plus tard, je décide d’envoyer un nouveau mail à ce directeur associé, en lui expliquant que le printemps se termine (nous sommes le 9 juin), que nous n’avons pas eu de nouvelles de leur part depuis le 23 novembre et que j’espère avoir un retour… Retour qui n’est jamais arrivé!

Je lâche l’affaire, n’ayant pas de temps à perdre avec cela… jusqu’à aujourd’hui. Pourquoi aujourd’hui? Tout simplement parce que sur Facebook, je vois passer un statut de la page Tribeca autour d’un jeu-concours pour gagner 5000€ pendant la Castomania. Un peu piqué au vif, je décide alors de mettre en commentaire : «Si c’est comme pour le jeu concours « faiteslepleindavenir//Diester Cup » où les gagnants n’ont jamais eu le lot qui leur avait été promis… Moi qui pensais que Tribeca était une agence sérieuse….».

Sauf que, 10 minutes plus tard, mon commentaire a disparu. Pire, je ne peux plus interagir avec la page. Plutôt que d’essayer de me répondre, Tribeca m’a banni.
Couper le dialogue et tomber dans la facilité de la censure pour éviter d’avoir à régler des problèmes, ce n’est pas ce qu’on fait de plus noble. Et encore moins lorsqu’il s’agit d’une agence de communication. Alors je décide de ne pas m’arrêter là.

Je tente un rapprochement par Twitter : «est-ce qu’un CM de @tribeca_fr est là?», suivi 10 minutes après par une réponse affirmative de l’intéressé. Je tente ma chance : « Je voulais avoir des informations concernant la Diester Cup. Quand aura lieu le stage de pilotage ? ». Silence radio.

Pour une agence qui affirme faire du community management et développer le capital sympathie de ses clients, c’est embêtant.

Qu’on s’entende, c’est plus par principe que par appât du gain que j’écris cet article. Puisque Tribeca ne souhaite pas échanger avec moi, il ne me reste plus qu’à m’exprimer là où mon mon message pourra être lu et entendu.
Notre métier de communicant est déjà mal perçu par le grand public. On nous reproche de vendre du vent. Ne devrions-nous pas nous efforcer de démontrer le professionnalisme et le sérieux de notre secteur ? Qu’en pensent les autres gagnants de ce jeu-concours?

Ce n’est pas tant la non distribution des gains que je dénonce, mais le refus de communication. Après tout, « faute avouée à moitié pardonnée ».

Tags : , , ,
Posté dans Communication, Coup de gueule | Commentaires (2)

2 Réponses à “Tribeca, l’agence de communication qui ne voulait pas communiquer”

  1. sonia fonseca a dit :

    en effet y a de l’abus.
    mais plusieurs hypothèse :

    - soit le probleme vient de l’annonceur lui – même qui n’a pas donné suite à son concours
    - soit le CM, à fait le stage
    - soit ils se sont trompés de gagnants

    mais meme dans ce cas l’agence devrait gérer cela en « gestion de crise » et comme tu dis faute avoués à moitié pardonnée !

  2. LARDENOIS a dit :

    Voici une copie de notre réponse à Gérald.

    Bonjour Gérald,

    Nous accusons réception de votre message twitter.

    Concernant la Diester Cup, nous avons écrit à l’ensemble des participants prévu pour la Diester Cup, que nous ne travaillions plus avec Diester et avions par conséquent transmis l’adresse des responsables Diester le 11 mai dernier. (mail ci-dessous).

    Concernant votre commentaire supprimé, nous l’avons effectivement supprimé car ce n’était pas l’endroit ou porter des réclamations. En tant que communicant professionnel vous comprendrez.

    Vous bannir de Tribeca, me semble effectivement un peu excessif. Je vais faire le nécessaire pour y remédier.

    Je suis sincèrement désolé pour ces incompréhensions.

    Restant à votre disposition pour en parler.

    Cordialement,
    Julien LARDENOIS
    Directeur Associé
    tribeca I Brand Experience

Laissez une réponse